Lorsque l’on se déplace à vélo, le risque zéro n’existe pas.  Accident de vélo, PSC1, constat etc. Il est important de savoir quoi faire et comment réagir le jour d’un accident. Préparations en amont et kits indispensables.

Formation

Tout peut arriver et il est important de connaître les gestes qui sauvent. Avec sang froid, afin de bien préparer le terrain pour l’arrivée des secours. Passer un brevet de secourisme est à votre portée : le fameux PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1). La Formation permet à toute personne d’acquérir les compétences nécessaires pour porter assistance à toute personne. Parmi les organismes de formation en PSC1, on trouve : la Croix Rouge, les pompiers  ou la Protection civil. Elle se déroule généralement sur une journée (ou deux demi-journées). Le coût peut aller de 50 à 75€ selon les organismes.

Avec vous

Il est intéressant de constater que certains clubs de vélo ont mesuré l’importance d’adapter les connaissances du PSC1 au milieu du vélo. C’est le cas du Vélo Club de Montigny-Le-Bretonneux (en région parisienne) qui a conçu un « Manuel de secourisme cycliste » à télécharger ici.

« L’objectif de ce manuel, est de fournir une palette d’outils de secouristes et une révision de la formation PSC1. Rappel des étapes du 1er secours : Prévenir/Examiner/Alerter/Secourir, gestes et conduite à tenir face à un malaise, un arrêt cardiaque, une plaie, un traumatisme des os, sans oublier des informations sur l’application Les Gestes Qui Sauvent ou ce que doit contenir un kit de secours minimaliste pour les sorties à vélo ». Vous pouvez même télécharger ici un constat que vous portez toujours sur vous. Car non, ce document n’est pas réservé uniquement aux voitures.

Témoignage de Carole : renversée par une voiture

Ne pas bouger et secours

« Juste après l’accident, la meilleure chose à faire est de rester au sol, en attendant l’arrivée des secours. Ce sont eux qui vont évaluer votre état et si un passage aux urgences est nécessaire ou pas. Si la tête ou le dos sont touchés le mieux est de rester immobile. Afin d’éviter d’aggraver les éventuelles blessures ».

Preuves et constat obligatoire

« Si votre état le permet, un constat amiable doit être établi sur place, avec les personnes impliquées dans l’accident. Il est le document indispensable au bon déroulement du processus de remboursement de vos dommages corporels et matériels. S’il y a litige, un témoin peut être utile dans votre déclaration de constat. Le constat peut être également fait plus tard mais veuillez à bien prendre les coordonnées (plaque d’immatriculation et numéro d’assuré de la personne). Vous, ou un tiers, peut prendre éventuellement en photo la plaque d’immatriculation et des photos de la scène. En ce qui concerne les délais, le constat doit être envoyé à votre assurance, dans les 5 jours suivant l’accident ».

Quelle assurance, pour quoi, pour qui

« L’assurance auto du fautif prend en charge l’accident via la couverture responsabilité civile. C’est elle qui va couvrir les frais subis par la victime. Cette garantie couvre les dommages corporels, matériels et immatériels subis. Le blessé peut se faire aider via son assurance habitation si il possède la garantie « Défense et Recours ».  Cela lui permet, suite à un accident, d’exercer son recours amiable et judiciaire, afin d’obtenir une réparation financière, lorsque elle a subi un préjudice dans le cadre de sa vie privée. En complément, l’idéal serait de prendre une « Protection Accidents de la vie », cela permet d’être protégé contre les conséquences financières en cas d’accidents sans forcément être causé par quelqu’un (circulation, sport, durant les loisirs, agression…) ».

Passage chez le médecin

« En tant que cycliste, vous êtes plus fragile qu’une voiture. L’assurance devra donc couvrir vos dommages corporels. Si votre accident à lieu sur votre trajet domicile/travail cela doit être notifié comme un accident du travail. Dans tous les cas, un rendez-vous chez le médecin ou les documents de votre éventuel hospitalisation sont à conserver et à transmettre à l’assurance. Cette visite chez le médecin est nécessaire pour faire la demande d’un « certificat médical initial » et procéder à des vérifications multiples. Afin de prouver éventuellement, si des complications médicales surgissent, que c’est bien lié à l’accident. C’est notamment indispensable pour que l’assurance puisse payer des frais de santé éventuels. »

Dégâts matériels

« Il faut prendre des photos du vélo mais ce qui intéresse surtout les assurances se sont les factures des biens endommagés : vélo mais également accessoires, vêtements, chaussures, casques, lunettes etc. Et si cela dépasse un certain montant un expert est mandaté pour venir constater les dégâts. Si vous n’êtes pas fautif et que vous vous sentez lésé, il ne faut pas hésiter à contester la proposition à l’amiable. Il est parfois nécessaire de rappeler l’existence de la Loi Badinter dans vos courriers (Loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 tendant à l’amélioration de la situation des victimes d’accidents de la circulation et à l’accélération des procédures d’indemnisation).

Pour conclure, portez un casque, c’est votre carrosserie ! »

Crédit photo : Nick Ray www.nickrayphotography.co.uk